Collaborations

Après avoir terminé sa scolarité obligatoire an Angleterre,

Soraya Berent revient à Genève pour obtenir un diplôme du Conservatoire de Musique de Genève ainsi que du Conservatoire Populaire et de l’AMR (2006) dans le domaine spécialisé du jazz et des musiques improvisées en chant et piano avec Christine Schaller, Evaristo Pérez et Jacques Siron. Elle sort son premier album « Undividualism » en 2011 chez Unit Records et compte de nombreuses collaborations dans des styles multiples et diverses (jazz, electro, hip-hop, reggae, musique improvisée, contemporain). Elle obtient une Carte Blanche à l’AMR en 2013 et crée un duo avec Sébastien Ammann, pianiste suisse basé à Brooklyn, New York. Ce duo se consacre à la création d’une musique plutôt contemporaine en y intégrant des textes de poètes anglophones comme Paul Auster, Emily Brönte et d’autres de la Beat Generation. (www.berentammann.wordpress.com). Son projet le plus récent est son duo « Pick and Pitch », avec le contrebassiste genevois Stéphane Fisch, qui revisite des standards de Monk, Mingus, Bill Evans et d’autres compositeurs américains. (www.bagdrop.ch). Soraya Berent enseigne le jazz vocal depuis 2005. (photo © Laurent Barlier)

Collaborations avec Zatar : membre du groupe (chant) de 2013 à 2018.

 

C’est en Suisse que Moira Cappilli, originaire des Pouilles, nait et commence ses premières études de danse moderne jazz. Elle se diplôme à la Faculté de sciences humaines de l’Université de Bologne et complète ensuite sa formation professionnelle à New York et Paris. Depuis 2002, elle vit et travaille en Italie en tant que chorégraphe et danseuse. C’est à travers un long travail de recherche sur ses racines qu’elle définit un langage du corps capable de satisfaire son besoin de raconter l’identité humaine. Les traditions, encore profondément enracinées dans les peuples de l’Italie du sud, sont sa principale source d’inspiration. Ses créations suivent exactement sa démarche artistique. Elle commence par les origines, les siennes. Elle en capture l’essentiel, rien d’autre. Une combinaison de folklore, tradition et modernité définit son chemin laissant à chaque fois place à la personnalité des personnes qu’elle choisi d’amener en scène. Elle fait partie de la compagnie de danse du prestigieux Festival « La Notte della Taranta » qui a lieu chaque année depuis 20 ans à Melpignano, dans la région des Pouilles. En 2014 elle fonde la compagnie de danse « Emporio del Sale » avec laquelle elle réalise plusieurs productions aussi bien en Italie qu’à l’étranger.

Elle collabore avec des compagnies de flamenco, tango et danse contemporaine et participe à différents festivals internationaux de world music en tant que danseuse soliste. Sa personnalité éclectique et sa recherche artistique, en constante évolution, lui permettent de rencontrer et de collaborer avec des artistes en tout genre comme le chanteur irlandais Dam- ien Rice, Bryce Dessner du groupe newyorkais « The National », le chanteur américain Bon Iver et la chanteuse parisienne Mina Tindle.

Collaborations avec Zatar :

F'estival du Conservatoire de Musique de Genève (août 2016),

spectacle « Il Bacio della Taranta » (Meyrin, les Balades d’Antoine février 2017), spectacle "Terra Danza - Dialogue des Suds" (Plan-les-Ouates (GE), décembre 2017)

 

Danseuse de Flamenco formée durant près de quinze ans dans le berceau andalou par des maîtres réputés, Alba Lucera a créé sa propre compagnie en 2010, réalisant et produisant plu- sieurs créations avec des danseurs et musiciens de Séville. Alba Lucera a également une forma- tion musicale (piano – Conservatoire de Genève, Musicologie – Université de Genève), ainsi que de danse classique et contemporaine, et de théâtre physique (Paris-Séville). Elle est licenciée en Let- tres hispaniques (Licence et Master à l’Université de Paris-Sorbonne), et réalise actuellement un doctorat sur la relation entre les langages poé- tiques et chorégraphiques avec les universités de Paris-Sorbonne et de Pablo de Olavide (Séville). Sa recherche entre la danse et l’écriture la mène a l’écriture d’un essai sous forme d’autofiction, à paraître prochainement dans la Collection «Créa- tions au Féminin » (Paris, L’Harmattan). Son dernier spectacle «Minotaura», solo de danse entre Con- temporain et Flamenco, sous forme d’autoportrait

(direction de Sandra Vincent), ouvre la voie d’une expression chorégraphique inscrite dans un espace pluriel. Alba Lucera se produit et enseigne régulièrement à Séville où elle réside, ainsi qu’à Genève, sa ville natale, et dans divers pays d’Europe et Outre-Atlantique, aussi bien dans des for- mations flamencas traditionnelles, que dans des collaborations avec différents genres musicaux et artistiques (Contemporain, Jazz, Cirque, Classique). (photo © Laura Zorilla)

 

Collaborations avec Zatar :

« Zatar invte Alba Lucera » (L’Abri Genève, juin 2016), spectacle "Terra Danza - Dialogue des Suds" (Plan-les-Ouates (GE), décembre 2017), tournée en Andalousie (février 2018), clip « The Shooting ».

 

 

Formée à l’Ecole de Percussions de Strasbourg, Catia Olivia est interprète des musiques nouvelles, notamment des compositions de Marianne Ambresin. Elle effectue des recherches sur les harmoniques et la musique spectrale, l’analyse et la notation rythmiques. Elle privilégie les formes du récital, les petites formations et le dialogue avec le théâtre et la danse. En tant qu’improvisatrice, elle explore les territoires du jazz modal, des musiques anci- ennes et traditionnelles, en particulier italiennes et espagnoles. Avec Zatar, elle met à profit toute une palette de timbres : congas, tambours sur cadre - kanjira, tamburello, tamorra, daf -, claves radjastani et arméniennes, ... (photo @ Anatholie)

 

Collaborations avec Zatar : Spectacle « Musiques du Sud, voyage entre l’ici et l’ailleurs »

(Meyrin, les Balades d’Antoine mars 2016), Festival Jazzcontreband (octobre 2016), invitée pour 4 titres sur Aremu, le 2ème disque de Zatar.

 

 

Né à Morges en 1976, Sandro Santoro étudie de
1996 à 1999 à l’Université de Lausanne le français
 médiéval, les langue et littérature italiennes ainsi
que l’histoire de l’art. Après avoir obtenu ses demi-licences, il part se former au métier de comé- dien à la Scuola Teatro Dimitri, au Tessin. Il y découvre le théâtre du geste et se passionne pour le mouvement. En 2002, il sort diplômé de la Haute Ecole et travaille depuis en tant que comédien et metteur en scène. Il assume la direction artistique de la compagnie naphtaline – depuis sa fonda- tion – en 2004.

Parmi ses principales créations, on peut citer : Andata e Ritorno (2012-2014), Marietta chez les clowns, créé au Petit Théâtre de Lausanne en 2010, Le Petit Bal, 1959 (2009) Colapesce ou l’Art de soulever les montagnes (2009), Ici dans ma chambre d’enfant (2008). En 2017, il met en scène ANTIGONE de Jean Anouilh pour faire briller des gymnasiens sur scène! Sandro est un artisan du mouvement. Il vient du théâtre non verbal. Quand elle est proférée, la parole est la conséquence et non le raccourci d’une sensation physique car les mots se souviennent du corps, du corps en mouvement. Raconter. Raconter par le rythme, les masques, l’improvisation. Il s’invente et avance, dans le jeu, la mise en scène, la conception et la direction de projets. Rarement seul. L’échange est pour lui un autre mouvement essentiel. (photo © Pierre Nydegger)

 

Collaborations avec Zatar :

Spectacle « Musiques du Sud, voyage entre l’ici et l’ailleurs » (Meyrin, les Balades d’Antoine mars 2016), Festival Jazzcontreband (octobre 2016)